THOMAS JORION – GALERIE INSULA

971 vues

06/11/2014 - 29/11/2014

A Propos de

Né en 1976, Thomas Jorion se passionne enfant pour l’Egypte ancienne et les civilisations disparues. Il a été marquée par la scène de fin de « La planète des singes » lorsque Charlton Heston découvre les vestiges de la statue de la liberté. Adolescent, il prend l’habitude de visiter des bâtiments abandonnés.

Depuis une dizaine d’années, le photographe  Thomas Jorion parcourt le monde pour saisir l’étrangeté intemporelle des édifices à l’abandon. La Galerie INSULA présente, dans le cadre du mois de la photo, une sélection de photographies rarement présentées ou inédites.

Fidèle à l’argentique, Thomas Jorion réalise ses images exclusivement  en lumière naturelle, il pose son appareil dans des lieux désertés, dont l’accès est souvent interdit. Ses clichés sont  ainsi le fruit d’un travail patient, le plus souvent solitaire: « Il faut chercher les sites, les moyens d’y accéder, faire des repérages, trouver le bon angle, attendre la lumière, respecter le temps de pause. « 

La démarche de Thomas Jorion est également d’aborder les lieux qu’il photographie comme des temples dont il cherche a saisir la sacralité sans les profaner, captant ainsi le mystère de ces lieux fantômes, témoins silencieux d’une activité humaine depuis peu révolue, stigmates des retournements historiques et économiques radicaux d’une époque.

 

Infos pratiques

Galerie INSULA (Hors les murs)

Galerie Anne et Just JAECKIN

19 Rue Guénégaud

75006 Paris

Mardi- Samedi. 11h-13h/14h-19h

 

Remerciements à Andy Emler, auteur-compositeur pour la musique

Toutes les infos artistiques sur Newsarttoday.tv

Les éditions Patou et Amateurs de Bons Vins sont partenaires de NewsArtToday.tv

 

FLASH INFOS
A PIED D'OEUVRE (s), la Monnaie de Paris expose les sculptures au sol à l 'occasion des 40 ans du centre Pompidou jusqu'au 9 juillet 2017.-Rodin l'exposition du centenaire. A l’occasion du centenaire de sa mort, l’exposition pose un regard nouveau sur cet artiste protéiforme, convoquant ses collectionneurs ou encore les artistes de son temps, Bourdelle, Claudel, Brancusi, Picasso ou Richier, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. Au Grand Palais du 22 mars au 31 juillet-Picasso, Matisse et Braque à bonne adresse. Prenant appui sur le livre d’Anne Sinclair, petite-fille du marchand Paul Rosenberg, l’exposition du Musée Maillol redonne à la galerie sise 21, rue La Boétie l’éclat qui fut le sien. Jusqu’au 23 Juillet.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !