Les artistes fêtent les 80 ans des Congés Payés

4 995 vues

17/06/2016 - 20/06/2016

A Propos de

Les artistes fêtent les 80 ans des congés payés nés en 1936 une exposition co-organisée par Art Absolument et la CIAT

Paris, Assemblée nationale : 17 au 20 juin 2016

La Rochelle, L’Oratoire : 26 juin au 3 juillet 2016

Sens, Marché couvert : 8 au 18 juillet 2016

Gruissan, Palais des Congrès : 23 au 31 juillet 2016

Thonon-les-Bains, Les Ursules : 13 au 22 août 2016

La Ciotat, Chapelle des Pénitents Bleus : 26 août au 4 septembre 2016

La Courneuve, Fête de l’Humanité, vente Pierre Bergé & Associés : 10 septembre 2016

Depuis 80 ans, les Français bénéficient des congés payés, fruit de la loi votée le 20 juin 1936, qui fut l’une des initiatives marquantes du Front populaire.
Afin de commémorer cet anniversaire, la revue Art Absolument, à l’initiative de la CIAT – Compagnie Internationale André Trigano – invite 36 artistes à s’exprimer.
36 peintres, dessinateurs et photographes ont créé une œuvre originale sur une toile de tente recyclée, dans un même format (160 x 200 cm), faisant un clin d’œil à l’imaginaire collectif de cette avancée sociale et culturelle relative aux loisirs et aux vacances.
L’exposition “36/36, les artistes fêtent les congés payés” sera inaugurée dans le lieu symbolique de l’Assemblée nationale à Paris, avant d’entamer un tour de France de lieux de villégiature : La Rochelle (Charente-Maritime), Sens (Yonne), Gruissan (Aude), Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) et La Ciotat (Bouches-du-Rhône).
Cet événement co-organisé par Art Absolument et la CIAT s’achèvera à la Fête de l’Humanité, en septembre prochain, au cours de laquelle les36 œuvres seront vendues aux enchèressous le marteau d’Antoine Godeau de la maison Pierre Bergé & Associés, au profit de deux associations caritatives – le Secours populaire et l’Avenir social – pour permettre à des enfants de partir en vacances.

« Le 3 mai 1936, les électeurs français envoient à la Chambre des députés une majorité dont Léon Blumpressent immédiatement que, si elle n’est pas la majorité prolétarienne qu’il souhaitait tant, elle peut devenir un formidable “Front populaire”. Socialistes, communistes et radicaux engagent ainsi la France dans une expérience politique inédite, combative envers le danger fasciste, ambitieuse sur le plan social. Les ouvriers et forces populaires du pays, disposant d’un remarquable sens politique, entraînent la nation dans ce que la philosophe Simone Weil appellera des “grèves de la joie”. […]
“Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté doit commencer par leur garantir l’existence”, écrivait Léon Blum. En chacun de nous, le Front populaire a posé son empreinte : en conférant une conscience de classe par ses lois sociales, ou en décrétant la fin d’un monde, ce “monde d’hier” menacé par le fascisme. Mais pour chacun d’entre nous, le Front populaire, c’est aussi le retour de l’éducation et de l’art dans l’espace public. Un homme incarne cette renaissance des arts et de la culture : Jean Zay. Après Jules Ferry au début de la IIIe République, Jean Zay, qui n’a pas encore 32 ans en mai 1936, transforme profondément l’enseignement (l’organisation en trois degrés, l’obligation scolaire jusqu’à quatorze ans, les activités dirigées, l’apprentissage, le sport à l’école, les œuvres universitaires) et donne le signal d’un renouveau des politiques culturelles. Nous lui devons le musée national des arts et traditions populaires, le musée d’Art moderne, la Réunion des théâtres lyriques nationaux, le festival de Cannes, surtout le soutien au spectacle vivant, à la création et le retour de la commande publique dans l’Art.
Avec le Front populaire, la confrontation artistique avec les tourbillons du réel est maximale. L’Art déco se mesure au constructivisme, le surréalisme au réalisme, tout est matière à combustion, la peinture et l’architecture, comme la littérature et la sculpture. C’est Malevitch contre Léger, André Breton contre Tristan Tzara, Max Ernst ou Picasso contre Dufy. […] 1936, c’est aussi l’avènement de l’image. La photographie devient un art avec Robert Capa, David Seymour ou Willy Ronis, comme le cinéma. Le parlant inonde les écrans et le cinéma devient populaire. De nombreux films illustrent la vie, le travail et les conditions de vie des ouvriers La vie est à nousde Jean Renoir, La belle équipe de Julien Duvivier, mais d’autres font appel à l’imaginaire ou au divertissement, Le roman d’un tricheurde Sacha Guitry, Mayerlingd’Anatole Litvac. Ce foisonnement, pour l’éternité, est incarné par une loi : le 20 juin 1936, le Front populaire fait voter les congés payés. L’Assemblée nationale devait célébrer ce moment fondamental de l’histoire parlementaire.
C’est pourquoi je suis très heureux d’organiser à l’Assemblée nationale, avec la revue Art Absolument et la Compagnie Internationale André Triganol’exposition 36/36, qui sera visible du 17 au 20 juin 2016 au Palais Bourbon. Plusieurs villes de France accueilleront ensuite l’exposition. Pour 1936, 36 artistes, peintres, dessinateurs et photographes, présenteront chacun une œuvre célébrant l’imaginaire des loisirs et des vacanceset orneront ainsi les murs du cœur battant de notre démocratie. Connus, célébrés, vivant en France mais issus de tant de cultures riches et diverses, ils nous feront l’honneur d’offrir un regard artistique acéré sur une des périodes les plus exaltantes de notre histoire populaire et de projeter vers l’avenir un désir de liberté et d’égalitéque le peuple français portera toujours. »

Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale (extraits du catalogue de l’exposition)

 

Toutes les infos artistiques sur Newsarttoday.tv

Vidéo réalisée par Quentin Hautcoeur

Remerciements à Andy Emler, auteur-compositeur, pour la musique

FLASH INFOS
La 6ème édition de IN SITU Patrimoine et art contemporain a lieu jusqu'au 17 septembre 2017, dans la région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée. Les œuvres de 10 artistes français et internationaux sont exposées sur 11 sites inscrits à l’inventaire des Monuments historiques.-DIORAMAS Du 14 juin au 10 septembre 2017, le Palais de Tokyo invite les spectateurs à redécouvrir le diorama. A travers les œuvres de nombreux artistes contemporains, l'exposition réinvente ce mode de représentation, à la croisée de la science, de l'Histoire et de l'art. Entre mise en scène et illusion, ces dioramas sont un terrain d'expression original pour le réel et l'imaginaire.-A PIED D'OEUVRE (s), la Monnaie de Paris expose les sculptures au sol à l 'occasion des 40 ans du centre Pompidou jusqu'au 9 juillet 2017.-Rodin l'exposition du centenaire. A l’occasion du centenaire de sa mort, l’exposition pose un regard nouveau sur cet artiste protéiforme, convoquant ses collectionneurs ou encore les artistes de son temps, Bourdelle, Claudel, Brancusi, Picasso ou Richier, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. Au Grand Palais du 22 mars au 31 juillet-Picasso, Matisse et Braque à bonne adresse. Prenant appui sur le livre d’Anne Sinclair, petite-fille du marchand Paul Rosenberg, l’exposition du Musée Maillol redonne à la galerie sise 21, rue La Boétie l’éclat qui fut le sien. Jusqu’au 23 Juillet.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !