GHASEM HAJIZADEH – G Claire Corcia

6 831 vues

09/01/2013 - 28/02/2013

A Propos de

GHASEM HAJIZADEH

Commissaire d’exposition : Hanna LANDAU

Toute mon œuvre est un dialogue avec le portrait, qu’il soit individuel ou collectif. Il s’agit, dans mes portraits, d’une fiction nostalgique».

Ghasem HAJIZADEH est né en 1947 à Lahijan en Iran. En 1967, il est diplômé de la High School of Fine Arts de Téhéran et commence sa carrière artistique en Iran.
Il a effectué de nombreux voyages aux Etats-Unis, en Europe, en Afrique et en Asie. Il vit et travaille en France depuis 1986. A partir de 1992, le pouvoir iranien lui interdit d’exposer dans les galeries d’Iran.

La peinture étrange et puissante de Ghasem HAJIZADEH nous invite à une plongée dans la mémoire iranienne d’un artiste exilé à Paris depuis 1986.

« Je ne suis pas devenu peintre, je suis né peintre » déclare-t’il.

Vu sur NEWS ART TODAY.tv

 « Un Iran Mythique »

« La fantaisie de l’artiste est sa terre d’exil ; son œuvre, l’espace fantomatique sur lequel vient se réfléchir son identité. Ne demandez pas : d’où vient Ghasem Hajizadeh, mais quel est l’Iran mythique que sa peinture déconstruit ; à quel « mundusimaginalis », à quel orient prophétique son âme appartient-elle ? Car l’Iran d’Hajizadeh n’est pas de ce monde. Il est une patrie mentale, un lieu symbolique, un univers à mi-chemin entre la réalité la plus dure et le rêve le plus fantasque. Mêlant, avec science et malice, toutes les racines de sa culture – de la tradition savante à l’art populaire- l’œuvre de ce peintre est en elle-même une synthèse : elle unifie en une même forme plastique (héritée de la dynastie des Ghajars) ce qui, dans le réel, se rejette ou se contredit. Voilà peut-être pourquoi l’œuvre de cet artiste – en sa totalité – constitue un document unique pour qui veut pénétrer à l’intérieur des contradictions de l’âme perse ». in « Ghasem Hajizadeh, un Iran Mythique », Frédéric Charles BAITINGER, Artension Hors Série n°3, mars 2010, « 100 artistes, 100 paris pour le XXIème Siècle ».

« A travers une cohorte de personnages aux proportions variables et un pêle-mêle de paysages, la cohérence est bousculée. Les procédés du Pop-art trouvent ici un usage inédit. Cet univers semble flotter dans les méandres d’une mémoire capricieuse. En proie au mal du pays, Ghasem HAJIZADEH ne s’approprie cette imagerie dite « populaire » que pour l’exalter dans des formats imposants et la hausser à un étonnant degré de flamboiement surréaliste, établissant ainsi entre tradition et modernité (qu’un abîme habituellement sépare) de savoureuses passerelles ». Xavier BUREAU, novembre 2012

PEINTRES :

Ody SABAN – Sergio MOSCONA – Ghasem HAJIZADEH – Matthieu KUHN – Simone PICCIOTTO – Caroline VEITH -Abraham HADAD – David AZUZ – Jacqueline LIPSZYC – Daniel LIVARTOWSKI – Joanna FLATAU – Colette GRANDGÉRARD – Dominique JANCEL-Jean-Louis MORELLE – Zwy MILSHTEIN  – Moreno PINCAS – Denis POUPPEVILLE – RAMON – Salomon ROSSINE-Bernard PRIVAT – Evelyne POSTIC – Michel HÉNOCQ – Myriam BAT-YOSEF

SCULPTEURS :

Haude BERNABÉ – Saul KAMINER – Seyni CAMARA – Alexandre MEYER – Florence THOMASSIN – Bernard THOMAS – ROUDEIX – Nili PINCAS-Sabrina GRUSS – Marc TOURET – Eva ROUCKA

PHOTOGRAPHES :

Carolle BENITAH – Sabrina BIANCUZZI – Vincent DESCOTILS – Francesco GATTONI – Mathilde MACCARIO – Louise NARBO-Hans BELLMER – Alfred COURMES – Gilbert CORSIA – Ismael DE LA SERNA – Roger DE LA FRESNAYE – Mstislav DOBUZHINSKY-Jacques DOUCET – David DUNCAN – Alexandre ISTRATI – Paul KALLOS – David LAN BAR – Felicia PACANOWSKA – Nicolas STERNBERG-Gabriel ZENDEL

VU SUR NEWS ART TODAY.tv

 

GALERIE CLAIRE CORCIA

323, rue Saint-Martin 75003 Paris

Telephone : 09 52 06 65 88

Mardi-vendredi : 11H30-19H/ Samedi : 14H-19H

www.galeriecorcia.com

 

 

 

FLASH INFOS
A PIED D'OEUVRE (s), la Monnaie de Paris expose les sculptures au sol à l 'occasion des 40 ans du centre Pompidou jusqu'au 9 juillet 2017.-Rodin l'exposition du centenaire. A l’occasion du centenaire de sa mort, l’exposition pose un regard nouveau sur cet artiste protéiforme, convoquant ses collectionneurs ou encore les artistes de son temps, Bourdelle, Claudel, Brancusi, Picasso ou Richier, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. Au Grand Palais du 22 mars au 31 juillet-Picasso, Matisse et Braque à bonne adresse. Prenant appui sur le livre d’Anne Sinclair, petite-fille du marchand Paul Rosenberg, l’exposition du Musée Maillol redonne à la galerie sise 21, rue La Boétie l’éclat qui fut le sien. Jusqu’au 23 Juillet.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !