XOOANG CHOI – THE BLIND FOR THE BLIND – GALERIE BENAMOU

4 346 vues

06/03/2014 - 19/04/2014

A Propos de
Né à Séoul en 1975, ou il vit et travaille, Xooang Choi appartient à une génération d’artistes marqués par les bouleversements économiques et politiques de la Corée de ces 20 dernières années. Il expose dans son pays et en France depuis 10 ans et a déjà reçu plusieurs prix. Après des études de sculpture à l’université et des participations à des films d’animation il s’oriente vers une œuvre plus solitaire qui explore les travers d’une humanité souffrante.
Dans une galerie de portraits saisissants d’hommes et de femmes souvent nus, il tente de retranscrire les émotions cachées, la solitude, la sexualité, l’incommunicabilité, l’aliénation, la peur. Un certain nombre de thèmes sont récurrents dans son œuvre et son observation de la société est empreinte d’un amer pessimisme mais aussi d’une profonde empathie.
Après l’étude d’autistes désemparés dans « le Syndrome d’Asperger » une nouvelle série « the Blind for the Blind » explore les aliénations de ses contemporains dans des figurines en résine peintes, tout aussi minutieuses que spectaculaires. Dans la veine sensationnaliste d’une génération de « bricoleurs » de génie comme les frères Chapman, Patricia Piccinini, Marc Quinn, Ron Mueck ou Evan Penny, Choi met son éblouissante technique hyperréaliste au service d’un univers à la limite du macabre. Des jeunes gens s’essaient à des tentatives de communication et même d’accouplement.
Cette fois-ci, il met en scène, dans sa galerie de personnages, des couples, parfois des paires et même des doubles. Des étreintes comme des luttes, des pénétrations au poing, des jeunes filles qui se cherchent un reflet dans un miroir flou, des vampirisations mentales. Des corps à corps, contre corps qui deviennent des allégories d’amours contrariés. Aucun de ces héros malheureux ne se regarde et les empêchements succèdent aux embrasements.
Les chairs tourmentées, bleuies, traitées avec une éblouissante technique se superposent et des rubans corsettent les torses et les blessures béantes. Son humanité est jeune et les balbutiements des premiers désirs se contraignent dans la peur et l’agressivité. Il souligne les troubles émotionnels par des distorsions de membres, des coupes, floute ou précise les visages, les organes, un détail, pour en grandir la portée symbolique ou la sensibilité… Des prothèses monstrueuses complètent et appareillent sa collection de freaks. Comme Cronenberg dans son film « Crash » il accentue l’érotisation perverse fondée sur la fascination et la répulsion. Au delà il raconte aussi en la symbolisant la part mutilée de chacun. Dégradation, greffes, tatouages de dieux tutélaires des tombes égyptiennes, sutures de chairs, zoomorphies, mutations, crânes-masques.
Le corps devient un symptôme, une somatisation des conflits psychiques, sociaux, institutionnels. Cet artiste écartelé dans un pays déjà divise, incarne le paradigme de l’altérité. Dans ces figures miniatures, doubles d’autoportrait, il modifie la perception des limites de l’humain et établit une identification au blessé, à l’incomplet, au mutilé. Une passerelle de compassion, de réhabilitation du lien social, émotionnel.
« Tous les êtres humains vivent dans l’incertitude. Tous ressentent de l’ambivalence dans leur vie intérieure mais aussi sociale. La perfection n’existe pas. Faiblesse, ténacité, beauté et laideur coexistent dans la vie de chacun. C’est cette vérité que je projette dans mes pièces » déclarait Choi dans le magazine « Hey ».
Infos tirées du site de la galerie Albert Benamou – Véronique Maxé : http://www.galeriebenamou.com/
Infos pratiques 
24 rue de Penthièvre
75008 Paris 

Tel: 01 45 63 12 21

La Galerie est ouverte
du lundi au samedi de 10h00 à 19h00.

Veronique Maxé         01 42 74 20 53
Flore Durand              06 40 59 99 39 

albertbenamou@gmail.com

 

Toutes les infos artistiques sur Newsarttoday.tv

Les éditions Patou et Amateurs de Bons Vins sont partenaires de NewsArtToday.tv

 

FLASH INFOS
A PIED D'OEUVRE (s), la Monnaie de Paris expose les sculptures au sol à l 'occasion des 40 ans du centre Pompidou jusqu'au 9 juillet 2017.-Rodin l'exposition du centenaire. A l’occasion du centenaire de sa mort, l’exposition pose un regard nouveau sur cet artiste protéiforme, convoquant ses collectionneurs ou encore les artistes de son temps, Bourdelle, Claudel, Brancusi, Picasso ou Richier, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. Au Grand Palais du 22 mars au 31 juillet-Picasso, Matisse et Braque à bonne adresse. Prenant appui sur le livre d’Anne Sinclair, petite-fille du marchand Paul Rosenberg, l’exposition du Musée Maillol redonne à la galerie sise 21, rue La Boétie l’éclat qui fut le sien. Jusqu’au 23 Juillet.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !