William S. Burroughs – Galerie Semiose

2 243 vues

04/06/2016 - 23/07/2016

A Propos de

La galerie Semiose est heureuse de présenter la première exposition parisienne de William S. Burroughs depuis 1990, rassemblant un ensemble rare de peintures et de dessins.

Figure majeure de la littérature du XXe siècle et génial inventeur de la technique du cut-up, William S. Burroughs (1914-1997) s’est taillé un costume d’icône de la contre-culture américaine dont le rayonnement s’est exercé bien au-delà du monde littéraire. Peu savent qu’il a aussi consacré les quinze dernières années de sa vie presque exclusivement à la peinture. Initié aux arts visuels par Brion Gysin, avec lequel il partage une production intensive de collages dès 1963, c’est pourtant à Lawrence dans le Kansas où il se fixe à partir de 1982, qu’il débute des expérimentations plastiques tout azimut. Ses premières peintures de tirs de carabine le stupéfient et il prolonge cette exaltation dans des combine paintings où se télescopent collage, pochoir, dessin à l’encre, spray et peinture fluo.

Fidèle à sa pensée non-conformiste, Burroughs s’affranchit de toute tradition ou règle préétablie, corrompant les moyens et les formats habituels de la peinture. En autodidacte désinhibé, il se sert de ventouses ou de champignons pour pinceaux et se saisit de chemises en carton ou de portes comme supports ; ces trouvailles lui permettent de ré-évaluer continuellement les chances offertes par le quotidien. Réutilisant les mêmes formes découpées d’un tableau à l’autre, photographiant des détails de ses peintures puis les collant sur les suivantes, insérant comme un leitmotiv des images de lémuriens, chats, aliens, les œuvres fixent ses rengaines obsessionnelles, amplifiées par la variation dans la répétition.

Comme le souligne le réalisateur John Waters, « Burroughs réalisait tout ce qui se trouvait dans ses romans, mais sur des toiles, exposées dans des galeries d’art. Sa peinture est une extension logique de ce qu’il a toujours fait. » Œuvres automatiques, processus aléatoires, matériaux trouvés, calligraphies cryptées, la pratique de l’artiste est traversée par la pensée chamanique, poreuse aux mondes invisibles et magiques. En ce sens, sa peinture est opérante, elle se charge de sens et de messages prophétiques, qui se révèlent à celui qui accepte de franchir le point d’entrée. L’un de ses crédos est « Let the picture look at you », laissez le tableau vous regarder. William S. Burroughs, s’abîmant dans la contemplation dans et à travers la peinture, était le premier ébloui par les surgissements de figures dans ses abstractions, attentif aux accidents de simultanéité. « Impossible de dire s’il devance son œuvre ou si elle le pourchasse » remarque à son propos Rosine Buhler, qui organisa sa première exposition à Paris en 1990.

L’oeuvre de William S. Burroughs se situe à la confluence d’une avant-garde historique, qu’il a côtoyée à Paris dès les années 1950, en la figure de Marcel Duchamp notamment, et d’une pensée ésotérique héritée de Castaneda, d’autre part. Outre la filiation évidente à Gysin – dont Burroughs prolonge l’oeuvre à travers l’emploi de l’encre et la peinture gestuelle –, les dessins d’Henri Michaux – que Burroughs approvisionnait en mescaline –, l’expressionnisme américain et la peinture abstraite la plus contemporaine fournissent de bons parangons aux œuvres de Burroughs. Même retiré dans le Kansas, il a multiplié les collaborations avec d’autres artistes – Robert Rauschenberg, Keith Haring, John Giorno ou Philip Taaffe entre autres – et exercé son magnétisme dans le cinéma et l’opéra, aux côtés de Laurie Anderson, Robert Wilson, Tom Waits et David Cronenberg.

Ses oeuvres ont fait l’objet d’une rétrospective au LACMA, de son vivant en 1996, puis au ZKM de Karlsruhe en 2012 et à la Photographer’s Gallery de Londres en 2014, entre autres. Vingt ans après sa disparition, les œuvres picturales de Burroughs sont pratiquement inédites en France, alors même que sa pensée esthétique s’est formée à Paris. L’exposition à la galerie Semiose réunit un ensemble emblématique de sa production, aux multiples registres : grands panneaux de bois troués à la carabine et aspergés de peinture, motifs de grilles sprayés sur le papier et rehaussés de pochoirs en négatif, collages d’images, calligraphies à l’encre sur chemises cartonnées, ainsi que deux dessins, exceptionnels par leur référence exprès à la figure.

À cette occasion, le premier numéro de la revue Pleased to meet you sera consacré à l’œuvre de William S. Burroughs.

Informations pratiques :

Semiose

54 rue Chapon 75003 Paris

+33 (0) 9 79 26 16 38

info@semiose.com

www.semiose.com

 

Remerciements à Andy Emler, auteur-compositeur pour la musique.
Réalisée par Quentin Hautcoeur
Toutes les infos artistiques sur Newsarttoday.tv
FLASH INFOS
La 6ème édition de IN SITU Patrimoine et art contemporain a lieu jusqu'au 17 septembre 2017, dans la région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée. Les œuvres de 10 artistes français et internationaux sont exposées sur 11 sites inscrits à l’inventaire des Monuments historiques.-DIORAMAS Du 14 juin au 10 septembre 2017, le Palais de Tokyo invite les spectateurs à redécouvrir le diorama. A travers les œuvres de nombreux artistes contemporains, l'exposition réinvente ce mode de représentation, à la croisée de la science, de l'Histoire et de l'art. Entre mise en scène et illusion, ces dioramas sont un terrain d'expression original pour le réel et l'imaginaire.-A PIED D'OEUVRE (s), la Monnaie de Paris expose les sculptures au sol à l 'occasion des 40 ans du centre Pompidou jusqu'au 9 juillet 2017.-Rodin l'exposition du centenaire. A l’occasion du centenaire de sa mort, l’exposition pose un regard nouveau sur cet artiste protéiforme, convoquant ses collectionneurs ou encore les artistes de son temps, Bourdelle, Claudel, Brancusi, Picasso ou Richier, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. Au Grand Palais du 22 mars au 31 juillet-Picasso, Matisse et Braque à bonne adresse. Prenant appui sur le livre d’Anne Sinclair, petite-fille du marchand Paul Rosenberg, l’exposition du Musée Maillol redonne à la galerie sise 21, rue La Boétie l’éclat qui fut le sien. Jusqu’au 23 Juillet.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !