VLADIMIR KARA – GALERIE SAPHIR

1 462 vues

28/11/2014 - 31/12/2014

A Propos de

Vladimir Kara est né à Moscou en 1956, d’une mère biochimiste et d’un père peintre. C’est à Moscou aussi qu’il étudie aux Beaux-Arts d’où il sort diplômé « peintre scénographe » en 1979. Parallèlement, il fréquenta, quatre années durant, l’atelier underground du peintre Abraham Nitsberg dans des caves dont l’entrée était protégée par un buste de Lénine. Sage précaution…

En 1985, c’est l’émigration et la découverte de Paris. Le début d’une carrière internationale qui le verra exposer dans de nombreux lieux comme le Palazzo Lenzi à Florence, le Musée MOCA à Pékin, le Musée Cocteau à Villefranche sur Mer et dans de prestigieuse galeries à New-York, La Haye, Genève, Paris ou Berlin. Plusieurs de ses tableaux appartiennent à différentes collections privées et institutions culturelles françaises dont l’Alliance française de Paris et La Grande Loge de France.

«Faisant appel à un vocabulaire symbolique et figuratif, je tente de résoudre la perpétuelle problématique posée par la surface picturale.
Dans une importante partie de mon œuvre, je cherche à mettre en lumière la manière dont les sujets mythologiques et bibliques – toujours contemporains – sont construits en reposant aujourd’hui les questions éternelles.»

La recherche de Vladimir KARA porte sur le renouveau d’un symbolisme figuratif:
«Que l’inspiration soit historique ou contemporaine, un jeu subtil a lieu, qui se déroule sur une imperceptible frontière, dans l’entre-deux où l’évidence figurative n’est plus que la limite et le masque d’une figuration symbolique.»

Peintre résolument figuratif, Vladimir Kara porte en lui son histoire et la retranscrit dans sa peinture: les cultures russe, juive et française transparaissent en permanence dans son œuvre pour être sublimées en une culture universelle. De ces racines multiples, il a su faire une œuvre unique, à la croisée des chemins entre Chagall et Van Dongen. Sans crainte de paraître « anti-moderne », il revisite les sujets mythologiques et bibliques avec une « manière » étonnamment contemporaine. De même, ses personnages traduisent les angoisses humaines de solitude, d’espoir ou d’amour dans un langage compris de tous.

Infos pratiques:

À partir du 28 novembre 2014.
Espace Art-Mode : 
69, avenue de Villiers – PARIS 17° –
Métro Wagram
Ouvert du dimanche au lundi de 13h30 à 19h.
 
 
FLASH INFOS
Galeristes, un salon engagé en faveur de la diversité et de la découverte au Carreau du Temple, du 9 au 10 décembre 2017.-ALI KAZMA au musée du Jeu de PAUME du 17 octobre au 21 janvier 2018-Anish Kapoor au musée d'art moderne de Saint Etienne du 11 novembre au 8 avril 2018.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !