Nicolas Darrot – La maison rouge

4 387 vues

08/07/2016 - 18/09/2016

A Propos de

La maison rouge donne carte blanche à Nicolas Darrot (né en 1972 au Havre), qui propose une exposition ambitieuse avec de nombreuses pièces inédites.

L’artiste et la fondation entretiennent des liens de longue date : Nicolas Darrot a déjà été invité en 2006 à investir le patio de la maison rouge et Antoine de Galbert le collectionne depuis 18 ans.

Sa pratique est plurielle. Elle se décline en sculpture, installations, objets hybrides et automatisés. Ses œuvres convoquent une multitude de références aux croisements de la science, de l’histoire et de la littérature. Règne analogue est une nouvelle narration, une autre subdivision du monde qui tenterait une réplique du vivant selon une autre logique, en renvoyant une image parfois angoissante mais toujours poétique.

Deux immenses fantômes évanescents s’agitent dans la grande salle accompagnés d’un acolyte chevelu, lui aussi animé ; un cerf aux bois en feu ; un agneau au pelage cotonneux est caressé par un rideau d’or; une ruche de kevlar où coule perpétuellement du miel ; un ibis métallique picore le sol dans une ronde infinie, tandis qu’un phare équipé d’une ampoule colorée diffuse, pixel par pixel, une image des confins de l’univers. Voilà quelques-unes des images fortes et oniriques non seulement convoquées, mais bien réalisées par cet artiste mage, bricoleur, ventriloque qui fait parler les bêtes et bouger les objets… Le parcours permet également de retrouver des œuvres plus anciennes, comme la série Dronecast (2002-2008) insectes mutants, devenus machines de guerre ou les Curiosae, série de scènes de domination entre différents groupes d’insectes ou encore celle, pleine d’humour, des Injonctions (2008-2009), petits théâtres de marionnettes animées et dotées de la parole, ainsi qu’un ensemble d’œuvres qui, rassemblées par l’artiste, écrivent en quelque sorte une « histoire naturelle des machines », et évoquent toutes un glissement du règne animal à celui de l’artefact. Près de 80 œuvres de différentes échelles, toutes chargées d’une énergie, qui se libère à divers temps, surprennent le visiteur à chaque instant, le transforment. Ces objets s’apparentent à des puissances agissantes, des fétiches contemporains se répondant les uns les autres, pour former une cosmogonie, le Règne analogue d’une forme de vie émergeant de logiques inductives et poétiques.
Informations Pratiques :

la maison rouge fondation antoine de galbert

10 bd de la bastille

75012 paris france

tél. +33 (0) 1 40010881 fax +33 (0) 1 40010883

info@lamaisonrouge.org www.lamaisonrouge.org

Transports Métro: Quai de la Rapée (ligne 5) ou Bastille (lignes 1, 5, 8) RER: Gare de Lyon Bus : 20, 29, 91

Les espaces d’exposition sont accessibles aux visiteurs handicapés moteur ou aux personnes à mobilité réduite jours et horaires d’ouverture Du mercredi au dimanche de 11h à 19h Nocturne le jeudi jusqu’à 21h Fermeture les 25 décembre, 1er janvier et 1er mai

Plein tarif: 10 € Tarif réduit: 7 € (13-18 ans, étudiants, maison des artistes, plus de 65 ans) Accès gratuit: moins de 13 ans, chômeurs sur présentation d’un justificatif (- de 3 mois), personnes handicapées et leurs accompagnateurs, membres de l’ICOM et les Amis de la maison rouge Laissez-passer annuel : plein tarif: 28 €, tarif réduit: 19 € Accès gratuit et illimité aux expositions Accès libre ou tarifs préférentiels pour les événements liés aux expositions.

Remerciements à Andy Emler, auteur-compositeur pour la musique.
Réalisée par Quentin Hautcoeur
Toutes les infos artistiques sur Newsarttoday.tv
FLASH INFOS
A PIED D'OEUVRE (s), la Monnaie de Paris expose les sculptures au sol à l 'occasion des 40 ans du centre Pompidou jusqu'au 9 juillet 2017.-Rodin l'exposition du centenaire. A l’occasion du centenaire de sa mort, l’exposition pose un regard nouveau sur cet artiste protéiforme, convoquant ses collectionneurs ou encore les artistes de son temps, Bourdelle, Claudel, Brancusi, Picasso ou Richier, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. Au Grand Palais du 22 mars au 31 juillet-Picasso, Matisse et Braque à bonne adresse. Prenant appui sur le livre d’Anne Sinclair, petite-fille du marchand Paul Rosenberg, l’exposition du Musée Maillol redonne à la galerie sise 21, rue La Boétie l’éclat qui fut le sien. Jusqu’au 23 Juillet.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !