Michel Le Belhomme – Galerie Binôme

3 482 vues

02/05/2014 - 07/06/2014

A Propos de

Michel le Belhomme

En mai, la Galerie Binôme ouvre avec le photographe Michel Le Belhomme le 2ème volet d’un cycle consacré à la représentation du paysage. L’exposition antinomies croise deux séries construites à la fois dans le prolongement et en contradiction l’une de l’autre, La bête aveugle (2009-2013) et Les deux labyrinthes, travail inédit. Ce dialogue visuel marque également la première étape en 2014 d’un long parcours, du Musée des Beaux-Arts de Calais, au Grand Prix Fotofestiwal de Lodz en Pologne, en passant par plusieurs festivals photographiques en Europe et aux Etats-Unis.

Détachées d’une vision romantique et touristique du paysage, les recherches photographiques de Michel Le Belhomme développent un rapport ambigu à la représentation, entre document et fiction : En ce début du 21ème siècle postmoderniste et tranversal, la question de l’altérité nous obsède moins. Soit, il y a de l’incompréhensible, du dehors, de l’ailleurs, de l’hétérogène, de l’altération, etc. Il y a toutes sortes d’altérités, mais il est nécessaire d’opérer une mise en perspective critique, l’image est toujours le reflet d’une déchirure. Elle ne se forme que dans la déformation et la déconstruction et donc en résistance face à sa ‘‘ légende’’. Pronant ainsi une photographie analytique, ses images placent le spectateur en situation de précarité visuelle, en quête de sens pour démêler le vrai du faux.

Perturbation des rapports d’échelles, déconstruction de l’environnement, installations in situ… chaque image ouvre d’abord un champ d’expérimentation, une mise à l’épreuve du réel. Où sommes-nous et que voit-on exactement ? Michel Le Belhomme répète qu’il a toujours la hantise de la satisfaction du spectacle immédiat et préfère à celui-ci l’état flottant de la métamorphose. Dans La bête aveugle, voyage en boucle dans l’espace de son domicile, il pervertit la grammaire des lieux et crée des formes hybrides dont l’ordre apparent dissimule le chaos. Une dualité des espaces, entre dominant et dominé, refuge et précarité, clarté et aveuglement, ouverture et enfermement, qui pose autant d’énigmes qu’il ne pousse de bêtes dans cette série tentaculaire, désormais composée de plus de 200 images. “La force de ce travail tient finalement à son pouvoir de suggestion – car rien n’est directement exprimé – transcendant ainsi le particulier anecdotique pour toucher une angoisse plus universelle : personne n’est à l’abri de la houle qui fait chavirer tantôt vers la raison, tantôt vers le délire. Avis de tempête intérieure !’’

Les deux labyrinthes, nouvelle série en cours, s’inscrit dans le prolongement de la précédente en ce qu’elle repose sur le même principe d’exploration. Mais elle constitue en même temps un hors-champ de La bête aveugle dès lors qu’il s’agit pour Michel Le Belhomme de s’extraire de chez lui pour faire l’expérience du territoire. C’est un autre voyage en forme de boucle, en périphérie d’une vision attendue du paysage, qui s’articule comme une déambulation initiatique, entre errance contemplative et enfermement labyrinthique. Chaque image procède d’abord d’une mise à plat des évidences et d’une reconfiguration. Il s’agit là encore d’expérimenter les échelles de représentation en se réappropriant l’ordinaire dans un jeu poétique et sémiotique, par détournement des signes distinctifs, comme il le fait pour la carte routière ou la mappemonde.

emprunts au langage pictural, sculptural ou autres. Le titre Les deux labyrinthes renvoie ainsi à une nouvelle de Borges, “Les deux rois et les deux labyrinthes’’, où l’auteur argentin cherche à donner la complexité modeste et secrète du désert. Dans La bête aveugle, la phrase de Gustave Flaubert selon laquelle “la fenêtre, en province, remplace le théâtre et les promenades’’ a inspiré la fenêtre muette en mire d’écran. Lorsque la maison blanche coupée en deux rappelle les performances de Gordon Matta Clark dans les années 1970. A bien y regarder, les vides font le plein et il y a en tout lieu saturation de l’espace. Une profusion toute en retenue, trait de maturité dans l’oeuvre de cet artiste qui médite le doute cartésien.

Infos tirées du site de la galerie :http://www.galeriebinome.com/fr/4-agenda/2-prochainement/83-antinomies/1-presentation/

 

Infos pratiques :

19, rue Charlemagne
75004 Paris

info@galeriebinome.com
+33 (0)1 42 74 27 25

horaires :
mardi-mercredi, 13h-19h
jeudi-samedi, 11h-19h
et sur rendez-vous

métro : Saint-Paul ou Pont-Marie
parkings publics: Parc Pont Marie, Parc Baudoyer, Parc Lobau-Rivoli
stationnement réservé aux personnes handicapées devant la galerie, 16 rue Charlemagne

 

Retrouvez toute l’actualité artistique sur www.NewsArtToday.Tv

Les Editions Patou  www.editionspatou.com sont partenaires de www.NewsArtToday.Tv

Remerciements à Andy Emler, auteur, compositeur pour la musique.

 

FLASH INFOS
Galeristes, un salon engagé en faveur de la diversité et de la découverte au Carreau du Temple, du 9 au 10 décembre 2017.-ALI KAZMA au musée du Jeu de PAUME du 17 octobre au 21 janvier 2018-Anish Kapoor au musée d'art moderne de Saint Etienne du 11 novembre au 8 avril 2018.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !