Mark WIGAN – Galerie Desmos

1 553 vues

07/10/2014 - 12/10/2014

A Propos de

Magical Symbolism la premiere exposition solo en france de l’artiste anglais Mark Wigan 

 

* Vernissage en présence de l’artiste mardi 7 octobre 2014 de 18h à 21h / L’exposition se tiendra du 7 au 12 Octobre 2014 Du mardi au dimanche de 12h à 19h

 

Galerie Desmos

14 rue Vandamme 75014 Paris

renseignement : 06 85 75 83 50 – paulstewart207@gmail.com

 

métro : edgar quinet , montparnasse

Station velib : edgar quinet

 

 

Mark Wigan crée les hiéroglyphes sociaux et culturels de notre temps. Artiste prolifique, son œuvre singulière témoigne de son engagement envers la vision primaire, l’immédiateté picturale, le pouvoir de l’imagination et un besoin irrépressible de dessiner. Les toiles et dessins de Wigan sont à la fois les emblèmes d’un passé lointain et un hymne visuel dédié à la surinformation du XXIème siècle. Ses pictogrammes, signes idéographiques et formes biomorphiques se bousculent tels des fragments kaléidoscopiques et façonnent un symbolisme magique qui puise aussi bien dans l’inconscient collectif, les motifs ancestraux, que les prémisses du langage. Ces œuvres d’art graphiques prennent forme dans le subconscient et l’iconographie mnémonique personnelle de l’artiste. 

 

Ses paysages imaginaires et féconds foisonnent de silhouettes stylisées en apesanteur, de squelettes fluo, de yeuxglobuleux, d’antennes frétillantes, de plantes, de formes totémiques, une arche jungiennepeuplée de créatures hybrides tissant une trame complexe qui s’inscrit dans une explosion de couleur. Son langage pictural relève néanmoins d’une simplicité schématique : quadrillage tous azimuts, association libre et automatisme, autant d’éléments graphiques créant des œuvres qui réveillent une conscience primale chez le spectateur, lui donnant l’occasion de créer ses propres associations. Grand précurseur de l’art urbain « transglobal » à New York, Tokyo et Londres pendant les années 80, ses peintures et dessins si caractéristiques sont accrochés dans les collections publiques et privées du monde entier. En 1986, découvrant les fresques murales du club Limelight à Londres, réalisées par Mark Wigan, Andy Warhol les qualifia de « hot » et l’encouragea aussitôt à peindre le Limelight de New York.

L’art graphique de Wigan est inventif, multimédia et interdisciplinaire, il a régulièrement fait l’objet d’expositions internationales (ex : Circulo des Bellas Artes Madrid, Spiral Hall Tokyo, Galeria Art Affairs Gdansk). Sa production comprend performances de live painting, décors pour le théâtre et la télévision, commandes d’art public, aménagement intérieur de boîtes de nuit (ex : le Brain Club, club phare du quartier de Soho à Londres), pochettes de disques (ex : Working Week, A Guy Called Gerald, Frankie Bones et Deviant Records), films d’animation, sa propre chaîne de boutiques de merchandising au Japon, livres de dessins et delithographies publiés à compte d’auteur et réalisation d’une série de six ouvrages The Basics Illustration, parue chez Fairchild Books (branche de la maison d’édition Bloomsbury).
Parmi ses clients figurent notamment : Dr Martens, Levis, Virgin, Swatch, Panasonic, Toshiba, Parco, Taido Living, Fuji TV, Nagoya City Expo, Sony, i-D Magazine, Suzuka Racing Circuit, le Musée Picasso et NME.

 

Depuis le début des années 90, il enseigne dans plusieurs universités à l’étranger. Il est actuellement chargé de cours en illustration et pratique créative à laHull School of Art and Design au Royaume-Uni. Wigan est également co-fondateur, commissaire d’exposition et directeur du seul musée au monde dédié à la culture « club », créé à Hull en Angleterre en 2010 pour chroniquer et célébrer la culture du « clubbing » et la culture des jeunes du monde entier, passées et présentes.

 

 

https://www.flickr.com/photos/markwigan

http://markwigan.tumblr.com

FLASH INFOS
A PIED D'OEUVRE (s), la Monnaie de Paris expose les sculptures au sol à l 'occasion des 40 ans du centre Pompidou jusqu'au 9 juillet 2017.-Rodin l'exposition du centenaire. A l’occasion du centenaire de sa mort, l’exposition pose un regard nouveau sur cet artiste protéiforme, convoquant ses collectionneurs ou encore les artistes de son temps, Bourdelle, Claudel, Brancusi, Picasso ou Richier, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. Au Grand Palais du 22 mars au 31 juillet-Picasso, Matisse et Braque à bonne adresse. Prenant appui sur le livre d’Anne Sinclair, petite-fille du marchand Paul Rosenberg, l’exposition du Musée Maillol redonne à la galerie sise 21, rue La Boétie l’éclat qui fut le sien. Jusqu’au 23 Juillet.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !