Laëtitia Badaut Haussmann – Maison Louis Carré

5 218 vues

25/06/2017 - 03/09/2017

A Propos de

Suite à l’invitation de Lab’Bel,

La Politesse de Wassermann est le projet que Laëtitia Badaut Haussmann a conçu pour la Maison Louis Carré d’Alvar Aalto. Le titre est emprunté au texte de J.G. Ballard, The Atrocity Exhibition publié en 1969 aux États-Unis ( La Foire aux Atrocités dans sa version française de 1976). Laëtitia Badaut Haussmann crée son propre récit à la Maison Carré, demeure du galeriste et collectionneur Louis Carré commanditée pour sa femme Olga Carré ; un lieu où la vie privée fusionnait avec les affaires de son propriétaire allant de séances de travail avec Jean Cocteau aux parties d’échecs avec Marcel Duchamp. L’amitié qui unissait le couple Carré à Alvar Aalto et son épouse et collaboratrice Elissa Aalto leur a permis d’être complices de la création d’un lieu souhaité comme une œuvre d’architecture et de design totale, favorable à générer une énergie hors pair lors des garden-parties et réceptions régulières. La Maison est encore aujourd’hui habitée par de nombreuses traces de sa vie antérieure : mobilier, vêtements, livres, vaisselle, flacons de parfums, etc. Il y manque cependant les œuvres d’art qui furent une donnée essentielle de la conception de l’architecture et dont la majeure partie de la collection Carré fut vendue aux enchères lors de la succession d’Olga Carré. Or il semble par moment possible d’entrer dans cette vie sociale, culturelle et artistique du XXème siècle un peu comme chez Ballard où le puzzle se construit au fil des différents sous-chapitres. Laëtitia Badaut Haussmann a composé une œuvre elle aussi par éclats via un ensemble de nouvelles pièces conçues in situ. Soulignant les symétries perdues du modernisme et faisant écho à la présence des femmes qui ont été les forces motrices d’Aalto ou de Carré, l’artiste invoque un espace peuplé de fantômes et de désirs pour accueillir les visiteurs du XXIème siècle, à leur tour hantés et confondus par la poésie du lieu et ses réminiscences. Laëtitia Badaut Haussmann s’inspire librement de l’architecture moderne d’Aalto, d’influences littéraires allant d’ Histoire de l’œil de Bataille à Pornotopie de Paul B.Preciado aux côtés de J.G. Ballard pour ne citer qu’eux et où la bourgeoisie déviante de Luis Buñuel produit une image de fond pour mettre en place une exposition aux calques multiples où le conceptuel n’est pas purement référentiel mais articulé à la physicalité d’un surréalisme contemporain.

Silvia Guerra, co-commissaire du projet

FLASH INFOS
La Galerie Mark Hachem présente « Provocative Moods » une exposition personnelle de Robert Farber sous le commissariat de Géraldine Beigbeder jusqu'au 21 novembre 2017-YIA ART FAIR, du 19 au 22 octobre 2017, au Carreau du Temple. MANIFESTATION D'ART CONTEMPORAIN-Pour la Biennale d’Issy 2017, une soixantaine d’artistes investissent les murs du Musée français de la Carte à Jouer. A travers un thème commun, « Paysages, pas si sages », ils présentent leur vision de la nature, du monde et ses évolutions dans des styles et des médiums différents. Des œuvres à découvrir jusqu'au 12 novembre 2017.-L'exposition "Continua Sphères ENSEMBLE" prend ses quartiers au CENTQUATRE jusqu'au 19 novembre 2017. Pour l'occasion, une vingtaine de galeries et d’institutions venues des cinq continents seront présentées.-Pour sa 71ème édition, le Salon réalités nouvelles présente 400 artistes français et internationaux. Rendez-vous du 15 au 22 octobre 2017, au Parc Floral de Paris, pour découvrir la scène abstraite contemporaine.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !