JOSETTE RISPAL – Galerie Les Yeux Fertiles

3 021 vues

05/12/2014 - 17/12/2014

A Propos de

Josette Rispal, avec la multiplication des matériaux qu’elle utilise, invente, dessine, imagine et crée de nouvelles techniques, pour mettre au monde son univers… Un univers inspiré par des sentiments, des souvenirs et des rêves. Entre le merveilleux, le curieux, le féérique et le sacré, l’exposition nous plonge dès la porte d’entrée dans une atmosphère étrange et unique.

Le bronze, le verre, le plastique, la terre, la résine, la lave … Josette Rispal joue avec les matériaux et ose les mariages belliqueux au sein d’une même oeuvre. Son univers est animé par des grandes poupées, qu’elle appelle ses « chifonnettes ». Chacune a un nom. De toutes tailles, de 50 cm à 2 m, elles sont entièrement recouvertes de divers matériaux, d’objets récupérés dans la rue, donnés et stockés. Depuis son enfance en Auvergne, en plein coeur des volcans, Josette Rispal à l’habitude de tout conserver. Transgressant tous les codes, sa seule règle est de ne pas gâcher. Pas question donc de gaspiller : chaque objet est appelé à vivre une nouvelle aventure, une seconde vie … Ainsi, rien ne doit se perdre, tout peut se transformer et être utile. La profusion des matériaux et des objets contraste avec le peu.

 

Dans son enfance à Aurillac, dans le Cantal, Josette Rispal commence par travailler l’argile, à travers la sculpture, elle s’intéresse d’abord aux expressions de l’homme en douleur. Très vite, elle cherche d’autres matières à façonner, et, attachée à ses origines, elle utilise la pierre de lave de son pays. Elle ira par la suite en Italie, ou auprès d’artisans de Venise, elle apprendra à travailler le verre de Murano. Elle expose pour la première fois à Paris, puis en Allemagne. Depuis, elle accumule de nombreuses expositions internationales. Aujourd’hui, elle expose dans la galerie des yeux fertiles, rue de Seine, dans le VI arrondissement de Paris.

 

Le directeur de la galerie, Jean-Jacques Plaisance, lui a laissé carte blanche pour l’exposition. Il leur aura fallu dix jours, pour créer l’ambiance et l’atmosphère de l’univers de Josette Rispal. Tous les murs -à l’origine blancs- sont recouverts de tissus et autres matériaux ; une grotte est reproduite au fond de la galerie. Comme si Josette Rispal cherchait à nous faire entrer encore plus dans son intimité. Des nuages vivotent au dessus de nos têtes, et nous aussi, nous sommes appelés à rêver …

 

L’exposition s’appelle « les obsidiens en mouvement ». Les obsidiens, ce sont des petits personnages qu’elle a rencontrés dans un rêve. Une colonie de petits bonshommes noirs, sortis de la lave, qui la regardait avec des grands yeux et un regard perçant. Josette Rispal à cherché à matérialiser son rêve et a recréé ses petits personnages. Une fois encore, attachée à ses origines auvergnates, elles les appellent les obsidiens, en référence à la pierre volcanique locale, l’obsidienne. Avec une résine qu’elle a inventée, elle a conçu une matière similaire. Plus de 160 obsidiens sont présentés.

 

Infos pratiques:

Jusqu’au 17 janvier
Galerie les yeux fertiles
27 Rue de Seine, 75006 Paris
01 43 26 27 91

Remerciement à Andy Emler pour la musique

FLASH INFOS
La 6ème édition de IN SITU Patrimoine et art contemporain a lieu jusqu'au 17 septembre 2017, dans la région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée. Les œuvres de 10 artistes français et internationaux sont exposées sur 11 sites inscrits à l’inventaire des Monuments historiques.-DIORAMAS Du 14 juin au 10 septembre 2017, le Palais de Tokyo invite les spectateurs à redécouvrir le diorama. A travers les œuvres de nombreux artistes contemporains, l'exposition réinvente ce mode de représentation, à la croisée de la science, de l'Histoire et de l'art. Entre mise en scène et illusion, ces dioramas sont un terrain d'expression original pour le réel et l'imaginaire.-A PIED D'OEUVRE (s), la Monnaie de Paris expose les sculptures au sol à l 'occasion des 40 ans du centre Pompidou jusqu'au 9 juillet 2017.-Rodin l'exposition du centenaire. A l’occasion du centenaire de sa mort, l’exposition pose un regard nouveau sur cet artiste protéiforme, convoquant ses collectionneurs ou encore les artistes de son temps, Bourdelle, Claudel, Brancusi, Picasso ou Richier, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. Au Grand Palais du 22 mars au 31 juillet-Picasso, Matisse et Braque à bonne adresse. Prenant appui sur le livre d’Anne Sinclair, petite-fille du marchand Paul Rosenberg, l’exposition du Musée Maillol redonne à la galerie sise 21, rue La Boétie l’éclat qui fut le sien. Jusqu’au 23 Juillet.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !