Nina – Galerie De Buci

2 388 vues

14/05/2013 - 29/06/2013

A Propos de

Pour en savoir plus, www.newsarttoday.tv

Située au cœur de la rive gauche, la Galerie de Buci est dirigée par Christelle Langrené, expose des œuvres de sculpteurs tels que Nina, qui a choisi la céramique comme matériau pour représenter des visages, des contrastes et des corps, dans l’espace feutré mais épuré de la galerie.

Ayant choisi de promouvoir l’art contemporain et surtout la sculpture, la galerie cherche à mettre en avant un artiste en particulier, lui donnant un libre accès à la galerie.

Née en 1964 à Erevan (Arménie), elle vit et travaille à Paris. Après avoir reçu, de 1979 à 1988, une formation très complète, enScénographie, Arts-Plastiques et Dramatiques à l’Institut National des Beaux-Arts de Erevan, NINA expose jusqu’en 1994 dans les Galeries et principaux Salons d’Art Contemporain de EREVAN. Puis, tout en commençant à présenter ses œuvres au public parisien, poursuit ses études à l’Ecole Nationale des Arts Appliqués de Paris.

NINA est un sculpteur à part entière qui a choisi la céramique pour s’exprimer. La grande pureté de ses formes, la synthétisation des corps, un sens remarquable de la mise en espace, les raccourcis employés, tant dans l’expression conceptuelle que plastique, enfin, la sobriété exemplaire avec laquelle elle utilise les oxydes, définissent son travail.

Les sphères sont investies par des corps contrastant sur les fonds en positif ou en négatif: clin d’œil aux poteries antiques, impressionnante occupation de l’espace dans une scénographie de ballet contemporain.

Farandoles, rondes et sarabandes se déroulent en un enchaînement rythmé, entraînant mouvement que la rondeur perpétue à l’infini..

Céramique intemporelle, un brin érotique, un brin humoristique…indéniablement plastique en tout cas !

Globes, planètes, astres, voûtes célestes, sont lieux où les « Belles » s’alanguissent dans une solitude désirée, favorable à de douces rêveries, ou, mêlées à la foule, entraînées vers la fête par de joyeux compagnons, elles mènent la ronde…

Le trait de son stylet, précis, maîtrisé comme celui d’un graveur, incise en volutes, en arabesques la terre fraîche, crue, encore humide.

NINA effleure la surface, cloisonne l’espace, stylise les silhouettes serties dans le noir moiré des oxydes.

Nina rêve d’un monde idéal, où les femmes sont belles et dansent autour de la terre en se tenant la main, enserrent la planète entre leurs bras charnus formant ainsi une ronde protectrice. Voluptueuses et sensuelles, leurs croupes rebondies suscitent la caresse, fermement dessinées suivant la courbure terrestre modelée par la main si fine, presque fragile et pourtant si décidée de l’artiste.

Les chevelures se répandent en longues mèches ciselées, noires comme des fleuves nocturnes autour des visages dont les lèvres sensuelles appellent le plaisir. Pourquoi, sous les paupières des yeux immenses au regard en coin, filtre parfois une certaine mélancolie, comme une interrogation inquiète, à peine visible ?

NINA a créé un univers où la vie jaillit comme une source et coule avec légèreté, elle voudrait que le monde tourne comme elle tourne autour de ses sphères, avec calme et détermination, poésie et précision.

 

Galerie de Buci

73, rue de Seine

75006 PARIS

T +33 (0)1 43 26 53 22

www.galeriedebuci.com

info@galeriedebuci.com

Ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h.

 

Vous pouvez regarder toutes les autres vidéos sur www.newsarttoday.tv

FLASH INFOS
A PIED D'OEUVRE (s), la Monnaie de Paris expose les sculptures au sol à l 'occasion des 40 ans du centre Pompidou jusqu'au 9 juillet 2017.-Rodin l'exposition du centenaire. A l’occasion du centenaire de sa mort, l’exposition pose un regard nouveau sur cet artiste protéiforme, convoquant ses collectionneurs ou encore les artistes de son temps, Bourdelle, Claudel, Brancusi, Picasso ou Richier, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. Au Grand Palais du 22 mars au 31 juillet-Picasso, Matisse et Braque à bonne adresse. Prenant appui sur le livre d’Anne Sinclair, petite-fille du marchand Paul Rosenberg, l’exposition du Musée Maillol redonne à la galerie sise 21, rue La Boétie l’éclat qui fut le sien. Jusqu’au 23 Juillet.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !