Daniel Flammer – Galerie Polad Hardouin

3 567 vues

25/04/2013 - 22/06/2013

A Propos de

Vous pouvez regarder toutes les autres vidéos sur www.newsarttoday.tv

 

DANIEL FLAMMER   « Les Chants captifs »

25 avril – 22 juin 2013

 

Dans lʼespace 2 consacré à la découverte dʼartistes émergents, la galerie Polad-Hardouin a le

plaisir de présenter pour la première fois des peintures récentes et un dessin de grand format de Daniel Flammer.

“Les peintures de Daniel Flammer sont des paysages mentaux. Mélange dʼinquiétude et dʼincongru, où les règnes de la nature sʼentremêlent en dʼétranges créatures hybrides, ils nous font penser à des rêves, à des cauchemars quelquefois.”, écrit la journaliste Nadine Vasseur. Les chants captifs renvoient à ces visions du peintre incarnées dans les couleurs vives et tranchantes de ses toiles. Mais c’est aussi le chant des anonymes et des laissés pour compte.

Daniel Flammer nous plonge dans un univers fabuleux où des sirènes conversent perchées sur une branche sur fond de ciel bigarré, où un étrange couple recueille le sang dʼun arbre aux racines serpentines. Omnivore, picturalement parlant, lʼartiste sʼest beaucoup imprégné des Flamands, et plus particulièrement de Brueghel lʼAncien. Ce regard attentif porté sur le traitement spécifique du paysage, sur les scènes villageoises où abondent les détails, lʼont conduit à affiner sa manière. Des oeuvres comme Le Fils du Boucher ou Le Partage en portent la marque.

 

Mais Daniel Flammer nʼarrête pas sa curiosité au monde de lʼart ; insatiable et tourné vers lʼextérieur, il sʼintéresse à la rue, aux artisans, aux petits métiers et aux mendiants. On les retrouve dans sa peinture qui, à y regarder de plus près, se rapproche plus du réel quʼelle ne le laisse penser de prime abord. A la manière des caprices de Goya, ces tableaux allégoriques se veulent les témoins de leur temps.

Loin de sʼenfermer dans un discours symbolique, ils jouent sur la multiplicité du sens et savent ainsi conserver leur mystère et leur saveur. Dans ses dessins, où lʼunivers urbain et les paysages de fêtes foraines prédominent les titres, (Parlementaires, Compromis Diplomatique, La Chute des nations) laissent entrevoir une lecture plus politique.

Daniel Flammer est né en 1984 à Charenton-le-Pont. Il est diplômé de lʼENSBA de Paris. De 2004 à 2009, il fréquente les ateliers de Dominique Gauthier, Philippe Cognée, James Rielly, et celui de Valérie Favre en 2008, dans le cadre dʼun échange avec lʼUniversität der Künste de Berlin. En 2010, il expose à Paris parmi les félicités des Beaux-Arts et est sélectionné pour le 15ème prix Antoine Marin en 2011. Il sʼagit de sa première exposition personnelle à la galerie Polad-Hardouin.

 

Biographie de lʼartiste

Né en 1984, à Charenton-le-Pont

2007-2004 Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris (ENSBA), ateliers de Dominique Gauthier, Philippe Cognée, James Rielly.

2008-2007 Universität der Künste Berlin (Allemagne), atelier de Valérie Favre.

2009-2008 Obtention du DNSAP (Diplôme National Supérieur des Arts Plastiques) avec les Félicitations du Jury.

2011 15ème Prix Antoine Marin, parrainé par Pat Andréa

Expositions

2013  Les Chants captifs, galerie Polad-Hardouin, Paris.

Drawing Now, Paris, galerie Polad-Hardouin, collective.

2011  15ème Prix Antoine Marin, Arcueil, collective.

2010  Mouvement des atomes, mobilité des atomes, Galeries dʼhonneur des Beaux-arts de Paris, exposition des félicités, commissariat Marc Desgrandchamps, collective.

2008   Galerie Totale, Berlin, personnelle.

 

 

Heures d’ouverture de la galerie :

du mardi au samedi de 11h à 19h et sur rendez-vous

86 rue Quincampoix

75003 Paris

Tél: 33 (0)1 42 71 05 29

contact@polad-hardouin.com

 

 

 

Retrouvez toutes les informations sur www.newsarttoday.tv

 

FLASH INFOS
A PIED D'OEUVRE (s), la Monnaie de Paris expose les sculptures au sol à l 'occasion des 40 ans du centre Pompidou jusqu'au 9 juillet 2017.-Rodin l'exposition du centenaire. A l’occasion du centenaire de sa mort, l’exposition pose un regard nouveau sur cet artiste protéiforme, convoquant ses collectionneurs ou encore les artistes de son temps, Bourdelle, Claudel, Brancusi, Picasso ou Richier, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. Au Grand Palais du 22 mars au 31 juillet-Picasso, Matisse et Braque à bonne adresse. Prenant appui sur le livre d’Anne Sinclair, petite-fille du marchand Paul Rosenberg, l’exposition du Musée Maillol redonne à la galerie sise 21, rue La Boétie l’éclat qui fut le sien. Jusqu’au 23 Juillet.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !