Chris Morin-Eitner – Galerie W

3 369 vues

11/05/2016 - 15/06/2016

A Propos de
  • La galerie W expose Chris Morin-Eitner du 11 mai au 15 juin 2016.

Il y a de drôles de zèbres, très graphiques, devant Beaubourg. Le parvis du musée parisien ressemble à une savane. On pourrait croire à une installation artistique, réelle, telle un Paris Plage un peu saharien dramatisant le réchauffement climatique. Cette image (Paris, Pompidou Savane, 2011), est une des compositions numériques de l’artiste-photographe Chris Morin-Eitner. Il joue là avec un des bâtiments de Paris qu’il aime, le Centre Pompidou, délaissé, pour le taquiner avec des animaux à rayures. Dans la série « Il était une fois demain », qu’il expose à la Galerie W, ce manipulateur fait subir de drôles de traitements à différentes mégalopoles de la planète. A chaque fois, un bâtiment icône, historique ou contemporain, est remis en scène, à l’état de ruine sublimée, complètement envahi par une forêt vierge aimable, des animaux sauvages apaisés, des oiseaux joyeux, des fleurs colorées. Des villes telles des Belles au Bois Dormant pétrifiées dans la verdure. Comme les ruines des temples d’Angkor transpercées et transfigurées par les arbres, des œuvres d’art mutantes, toujours vivantes.

Si on se prend au jeu des extrapolations futuristes de Chris Morin-Eitner, c’est qu’il n’édite pas des tracts. Ses images de rebuts sont aussi des rébus, ouvertes à l’interprétation, où l’humour se niche dans les détails. Il s’amuse à frôler le kitch répétitif, l’ornemental fleur-bleue. Dans ses jungles, il sème des petits cailloux pour que l’on s’y retrouve, on ne les repérera pas tous. Comme un de ses palmiers fétiches, en forme de paon, omniprésent, sur les toits de Londres ou de New York. Ou comme ses éoliennes résistantes, moqueuses, autant de petits moulins-à-vent d’un Don Quichotte du XXIe siècle. Ou encore ses serpents invisibles qui ne seraient plus venimeux. L’artiste nous entraine dans ses songes, des fables où il nous transformerait bien en gazelles roses et libres qui ne seraient plus traquées par la loi du plus fort. Des contes où se glisse sa part d’enfance non vaincue, sa «Forêt des paradoxes» personnelle où il aimerait se promener, entre grandes frayeurs et petits bonheurs.

Galerie W 

44 rue Lepic – 75018 Paris

info@galeriew.com

ouverture : 10h30 / 20h00 / 7/7j

Tel : 01 42 54 80 24

 

Remerciements à Andy Emler, auteur-compositeur, pour la musique

Toutes les infos artistiques sur Newsarttoday.tv

FLASH INFOS
Découvrez l'univers de Hans Schimansky pour sa quatrième exposition personnelle à la Galerie Jeanne Bucher Jaeger , Paris Marais. Du 16 Février au 4 Mai 2019.-Du 20 février au 20 mai, Jean Baptiste Huyn expose ses photographies et portraits de voyages dans le Shangri-La Hotel Paris .-Du 22 mars au 15 juin,la commissaire d'exposition Jeanette Pacher présente l'expostion " Drawing as thinking" de l'artiste Nikolaus Gansterer, au Drawing Lab Paris .-Découvrez" The plausible Island"  le second volet de l'exposition " Mapping at Last" à la Topographie de l'art, à Paris 3e Arr. Du 16 Février au 6 Avril 2019.-

Rendez-Vous du 29 au 31 mars 2019 pour la 7 ème édition du salon DDESSINS (paris contemporary drawing fair)  à l'atelier richelieu à paris .-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !