520a02d706361d6c6800000c

Atelier d’Artiste – Jean-Paul Marcheschi

5 093 vues

01/08/2013 - 05/08/2027

A Propos de

Retrouvez tous les reportages sur newsarttoday.tv la chaîne de l’art contemporain

L’œuvre au noir, au feu et à la suie de Jean-Paul Marcheschi :

A notre époque, Jean-Paul Marcheschi semble préférer un temps rêvé, une sorte de XVIIe mythique, où il aurait vécu à la manière du Caravage. Le peintre construit, sur papier, une oeuvre où tout est singulier, de l’utilisation du flambeau et de la suie à la présence de l’écriture manuscrite et à celle d’une mémoire poétique, musicale et picturale immense.

Jean-Paul Marcheschi, quarante-neuf ans, accomplit depuis une vingtaine d’années une œuvre où tout est singulier, de l’emploi du flambeau en guise de pinceau à la présence de l’écriture manuscrite et à celle d’une mémoire poétique, musicale et picturale immense. Probablement, pour toutes ces raisons, Marcheschi ne bénéficie que d’une attention incertaine de la part de l’époque actuelle. Elle ne lui pardonne pas de lui préférer un temps rêvé, une sorte de XVIIe mythique, où Marcheschi aurait vécu à la manière du Caravage, mauvais garçon savant, tantôt griffonnant des bribes de mémoires dans une taverne à marins, tantôt dans une basilique écoutant les Vêpres de la Vierge, tantôt dans sa chambre se récitant Dante et le Tasse.

Marcheschi n’expose donc qu’à l’occasion, dans des lieux aussi singuliers que lui : une abbaye dans le Gers ou à Angers, une maison à Chypre, une église désaffectée à Louvain. Très exceptionnellement dans un musée, avec ce qu’un tel lieu favorise : l’esquisse d’une rétrospective, la présentation d’œuvres de grand format. Au Musée Fesch, ces dernières ont pris possession de trois grandes salles, tandis qu’un large et long corridor est occupé par une suite de travaux plus anciens.

Tous sur papier. Marcheschi n’a guère d’autre support et ne saurait travailler sur toile : le feu et la suie sont ses instruments. Ces feuilles, perforées, sont celles, ordinaires, qui servent dans les classeurs. Au fil des jours, Marcheschi y inscrit des bouts de phrases, des noms propres, les références d’un quatuor, des citations, un mot dont la consonance l’obsède, des dessins en peu de traits à l’encre. Ces feuilles s’accumulent.

Plus tard, Marcheschi les réutilise, matière première de ses travaux picturaux. Ces derniers se passent de couleurs et de brosses. Des cierges, des bougies, des mèches glissent contre le papier, y déposant des fumées qui peuvent se faire ténèbres ou demeurer presque invisibles. Les écritures s’effacent ou restent nettement lisibles, selon la densité des nuées noires. La cire peut couler en gouttes et filaments charbonneux ou ambrés. Il arrive que le flambeau se colle à la page, que la flamme en perce la surface.

Cette description laisserait croire à un expressionnisme fuligineux et matiériste – ce qui n’est pas le cas. Marcheschi est parvenu à une maîtrise absolue de son instrument, si destructeur.

Chaque feuille appartient à un ensemble, qui en compte parfois des dizaines. Chacune a sa place, déterminée par des gradations de clarté et d’obscurité, fixée par un rythme visuel et la volonté de faire surgir une image de la nuit – une image évidemment fantomatique, spectre d’un gisant dans l’espace, signes de visages ou de rochers, explosions stellaires. En dépit des difficultés d’exécution, l’artiste ne craint pas d’entreprendre des pièces très vastes, qui prennent possession des lieux et leur dictent leur loi.

Texte de Philippe Dagen

Jean-Paul Marcheschi
41 rue Berger
75001 Paris
France

Téléphone : (prière d’appeler après 2 heures de l’après-midi)
– 01 40 39 07 72 (domicile)
– 01 40 39 03 09 (atelier)

E-mail : contact@marcheschi.fr

 

Présentation Mathieu François du Bertrand

Musique composée par Andy Emler, auteur, compositeur.

Découvrez toutes les expositions en galeries et musées sur www.newsarttoday.tv

Les éditions Patou, www.editionspatou.com, sont partenaires de NewsArtToday.tv

Rendez-vous sur newsarttoday.tv la chaîne de l’art contemporain 

FLASH INFOS
A PIED D'OEUVRE (s), la Monnaie de Paris expose les sculptures au sol à l 'occasion des 40 ans du centre Pompidou jusqu'au 9 juillet 2017.-Rodin l'exposition du centenaire. A l’occasion du centenaire de sa mort, l’exposition pose un regard nouveau sur cet artiste protéiforme, convoquant ses collectionneurs ou encore les artistes de son temps, Bourdelle, Claudel, Brancusi, Picasso ou Richier, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. Au Grand Palais du 22 mars au 31 juillet-Picasso, Matisse et Braque à bonne adresse. Prenant appui sur le livre d’Anne Sinclair, petite-fille du marchand Paul Rosenberg, l’exposition du Musée Maillol redonne à la galerie sise 21, rue La Boétie l’éclat qui fut le sien. Jusqu’au 23 Juillet.-
Avant-Première

Avant-Première

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs reportages en avant-première.

Inscription réussie !